Inforigolo
La sobriété est une hallucination dûe au manque d'alcool
Infosondage
Etalement des paiements place de port sans frais vous êtes
Résultats  Anciens sondages
  • Votes : 372
  • Commentaire(s) : 2
Nos vidéos

Publiée le 13-11-2019

Etre informé

Recevez par mail les nouveautés du site.

Géolocalisation des navires
Faire un Don
Vous aimez le site et désirez le soutenir financièrement.
Les bateaux du Cap
Vus en croisière
Petites annonces

4 annonce(s) publiée(s)

Consulter

Photothèque
Réseaux sociaux


Ce site, né en 2001, est conçu essentiellement pour vous, utilisateurs plaisanciers des ports du Cap d'Agde et pour bénéficier de toutes les rubriques du site, il est préférable de s'inscrire.

Vous informer de ce qui se passe dans nos ports est notre objectif.

Inscription ici

En participant à nos forums, vous devenez par vos écrits,"correspondant" du site Infocapagde. Sachez que vos interventions sont appréciées de nombreux plaisanciers et permettent des échanges, souvent très constructifs entre tous les acteurs de la vie nautique du Cap d'Agde. Merci cependant de veiller à poster des messages en rapport avec le sujet, merci.

La Taverne du port

N'hésitez pas à rédiger des articles qui seront alors publiés sous le label le courrier des lecteurs du site.

Infocapagde, structure bénévole et désinterressée, met à votre disposition cet outil, parlez en à vos amis, voisins de ponton, nous attendons votre aimable et constructive participation.

Infocapagde est une structure associative bénévole mais le net a un coût, nous avons donc des dépenses pour assurer son fonctionnement.

Vous aimez Infocapagde, vous soutenez Infocapagde en apportant une petite contribution annuelle minimum de 5 €uros.

Ce n'est pas grand chose mais ce petit geste favorisera un équilibre financier qui permettra au site des plaisanciers de demeurer libre et indépendant.

Merci pour votre soutien.
Nautiquement vôtre.

La rédaction du site

​Infocapagde Odeep One, premier navire pêcheur d'eau

infocapagde_1573645536.jpg

Le projet OFW Ships se concrétise avec l'arrivée hier matin à Sète du navire usine Odeep One de la compagnie OFW Ships créée par Régis Revilliod en 2013 qui est le frère cadet du créateur du site Infocapagde.

OFW Ships a développé un concept de navire-usine, capable de produire de l’eau de consommation en bouteille, à partir d’eau pompée en mer. Le chlorure de sodium enlevé, l’eau est embouteillée en haute mer et livrée dans les ports sur des palettes en plastique recyclé.

C'est une innovation importante qui est une grande première tant les besoins en eau sont énormes sur la planète.

L'Odeep One est un ancien train-ferry de 190 mètres de long avec un maître-bau de 28 mètres construit en 1986 dans les pays de l'Est. C'est un navire très robuste qui vient de passer 7 mois au chantier Remontowa, à Gdansk en Pologne.
Tous les moteurs ont été recontionnés à neuf et la société a réceptionné l'usine d'embouteillage commandée en Chine .

Pavillon Panama et marins français

Déplorant des “déboires” avec l’administration pour faire immatriculer Little Odeep, le navire laboratoire, l'armateur Régis Revilliod a choisi d’immatriculer l’Odeep One au Panama.
Pavillon Panama, mais tous les officiers sont français. Le bateau acceuille également une dizaine d'élèves à son bord.

infocapagde_1573645439.jpg

Les premiers essais en mer devraient avoir lieu dans un mois.

Fort de son expérience avec le Little Odeep pour pomper l’eau de mer qui est ensuite traitée et embouteillée à terre, OFW Ships compte commencer avec 750 palettes par semaine, soit 750 000 bouteilles, pour ensuite monter en cadence pour atteindre la capacité de 3 millions de bouteilles par semaine.

L’eau d’Odeep One sera vendue à des clients japonais et chinois qui “attendent notre production avec impatience”, indique Régis Revilliod.

Pour l'heure, il faut que l'usine de production devienne opérationnelle. Quatre bonnes semaines de travaux sont prévues et Odeep One devrait produire son eau à la fin de l'année.


Publié le : Mercredi 13 novembre 2019

​Revue Presse Odeep One, le navire pêcheur d'eau, est arrivé


ML01131119.jpgLe navire "pêcheur d''eau" est arrivé ce mardi matin à Sète
©Pilotes de Sète

Midi libre le 13/11/2019

Ce bateau est destiné, au départ de Sète, à puiser de l'eau dans les grandes profondeurs et l'embouteiller à bord.
Parti il y a trois semaines de Gdansk, où il a fait l'objet de travaux, le Odeep One est arrivé ce mardi 12 novembre au matin dans le port de Sète. Cet ancien ferry, construit en 1986, a été racheté à son ancien propriétaire, qui l'avait placé un temps sous séquestre, par la société française OFW Ships.

Fin septembre, cette société avait signé un partenariat avec l'Etablissement public régional Port Sud de France pour que Sète devienne le port d'attache de ce navire, long de 196 m.

Une usine d'embouteillage flottante
"Pour nous, c'est assez expérimental comme aventure", a réagi Olivier Carmes, le directeur du port. "Cette société fonctionne déjà avec un catamaran au large de Toulon et elle passe maintenant à l'échelon supérieur". En effet, le navire a été équipé, au sein d'un chantier naval polonais où il était en travaux, d'une usine d'embouteillage. Rien à voir avec le vin qui fut un temps la grande spécificité du port. Cette fois, c'est d'eau dont on parle. D'eau de mer, plus précisément.

Un concept relativement simple
Fondée par Régis Revilliod, la société OFW Ships se fait fort d'exploiter les qualités des eaux marines des grandes profondeurs pour la transformer en eau pour la consommation humaine. Elle y voit aussi une solution contre la raréfaction de l'eau potable dans plusieurs pays du monde. Le concept qu'elle porte est simple à comprendre.

De l'eau puisée à 300 m de profondeur
Une fois passé son mois de dernières vérifications et de derniers travaux dans le bassin Colbert, le Odeep One, et sa cinquantaine de membres d'équipage, sont destinés, quand tous les feux seront au vert, à mettre le cap au large. À 100 km des côtes, le bateau pompera de l'eau de mer à 300 m de profondeur. Cette matière première sera ensuite filtrée pour en réduire les teneurs en sodium et en chlore puis directement embouteillée à bord, grâce à l'usine spéciale commandée en Chine et installée en Pologne.

Deux jours d'escale à Sète
Le cycle de production est prévu pour s'étaler sur cinq jours. Une fois ses capacités atteintes, le navire accostera à Sète où il restera à quai durant deux jours. Le temps de décharger sa précieuse cargaison. Il y aura "un déchargement moyen de 750 palettes et un stockage de deux semaines", avait commenté Olivier Carmes, lors de la signature du partenariat avec OFW Ships. "La plupart des palettes déchargées seront emportées dans le terminal frigorifique du port, sous température dirigée, pour être ensuite exportées dans le monde entier", avait-il rajouté.

Un objectif de 100 millions de litres/an
OFW Ships prévoit de produire 100 millions de litres par an de cette deep sea water. En 2016, 1,8 milliard de litres avaient été produits dans le monde. Les Japonais raffolent de cette eau des grandes profondeurs qui a la particularité de contenir quelque 78 minéraux. Grâce à son site de Toulon, OFW Ships en présente déjà sur le marché. Pour l'heure, les Ôdeep affichent un prix de 25 € les douze bouteilles de 60 cl.

PHILIPPE MALRIC


Publié le : Mercredi 13 novembre 2019

​Phares et balises Information nautique Urgente

Avis N° 20190340152

Avis de fin d'incident   feu fonctionne normalement Cet avis annule et remplace l'avis n°20190340151 du 09/11/2019 21:50
Département : HERAULT Zone :  Hérault
Le présent avis aux navigateurs concerne l(es) objet(s) nautique(s) suivant(s) :
N° 3400061 Nom : AGDE - PORT D´AGDE - FEU DE LA JETEE EST DE L´EMBOUCHURE DE L´HERAULT Position: 43°16,785' N, 3°26,634' E   WGS 84
Objet surveillé: non
N° livre des feux: 24080


Publié le : Mercredi 13 novembre 2019

​Revue Presse Sète : opération "Berges propres au Barrou" jeudi 14 novembre

ML01071119.jpg
© ILLUSTRATION / VINCENT ANDORRA 

Midi Libre le 06/11/2019

L’association Quartier du Barrou, agréée Protection de l’environnement, organise pour la cinquième année consécutive l’opération "Berges propres au Barrou" en partenariat avec le lycée de la Mer Paul-Bousquet, le jeudi 14 novembre.
L’association ReSeaclons, le SMBT avec le CPIE du Bassin de Thau et l’association sétoise CECP s’associent cette année à la démarche environnementale. 
 
Sète Agglopôle Méditerranée et la Ville sont partenaires de la journée, et fournissent les moyens logistiques tels que bennes, containers, pinces et sacs, nécessaires à la collecte des déchets.

80 élèves du lycée de la Mer mobilisés

L’opération est inscrite au titre d’un projet pédagogique. 80 élèves issus des classes préparatoires aux métiers de la pêche et aux milieux maritimes participeront à cette opération, encadrés de leurs enseignants. 

Pour la cinquième année, l'association se mobilise.

Un tri des déchets sera réalisé par les élèves du lycée suivant les modalités OSPAR (convention OSPAR "Oslo-Paris", afin d'analyser leurs natures et provenances. L’association ReSeaclons met à la disposition du lycée deux "big bags" pour recueillir les déchets plastiques transformables.

Le CPIE du Bassin de Thau installera à proximité du lycée de la Mer un stand de sensibilisation : "A la découverte des herbiers de Thau", destiné aux résidents du quartier et aux élèves du lycée. Cette année l’association sétoise CECP renforcera le dispositif de nettoyage sur zones.

Rendez-vous jeudi 14 novembre, à 8 h 30 place Bir-Hakeim et à 14 h place Marcel-Soum. N'oubliez pas de vous équiper de bottes et de gants. En cas d'aléa météorologiques, la journée serait reportée au jeudi 21 novembre, mêmes heures, mêmes lieux.


Publié le : Jeudi 07 novembre 2019

​Revue Presse Enfin du beau temps pour la SNSM

infocapagde_1571655349.jpg

L'association a annoncé la signature d'un contrat de renouvellement d'une partie de sa flotte au cours des dix prochaines années. Sebastien SALOM-GOMIS / AFP

Par AFP agence
Publié le 21/10/2019

L'association recevra 4,5 millions d'euros supplémentaires de l'État, pour compenser le raté de la surtaxation des yachts. Elle a par ailleurs signé un grand contrat de renouvellement de sa flotte.

L'association a annoncé la signature d'un contrat de renouvellement d'une partie de sa flotte au cours des dix prochaines années. Sebastien SALOM-GOMIS / AFP
La bouteille à la mer lancée en juin dernier a bien été interceptée -et lue- par le gouvernement. La Société nationale des sauveteurs en mer (SNSM) va désormais bénéficier d'une contribution publique augmentée de 4,5 millions d'euros par an, en plus des 6 millions d'euros déjà assurés, selon un article de France Info ce lundi matin, information confirmée par Bercy au Figaro. La radio ajoute que le gouvernement va formuler cet engagement dans la soirée, lors des débats sur le budget à l'Assemblée nationale.

«Il manque 4 millions d’euros à la Société nationale de sauvetage en mer»

Les sauveteurs devaient normalement recevoir une partie des rentrées fiscales résultant de la surtaxation des yachts, par le biais du Conservatoire du littoral. Le dispositif s'est toutefois soldé par un échec retentissant et n'aurait rapporté que 288.000 euros au lieu des 10 millions attendus, selon France Info.

L'association est chargée d'une mission de service public, le sauvetage en mer, sous la coordination des Centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage (Cross). Elle a subi un drame en juin dernier, en perdant trois marins lors du naufrage d'un bateau devant les Sables-d'Olonne. Composée de plus de 8.400 bénévoles oeuvrant à partir de 213 stations situées en métropole et outre-mer, elle a secouru en 2018 plus de 10.500 personnes. Actuellement, 80% des ressources de l'association proviennent de dons privés, le reste étant financé par l'Etat et les collectivités territoriales.

Un plan de renouvellement de la flotte sur plusieurs années

La SNSM a par ailleurs annoncé la signature jeudi d'un contrat de l'ordre de 50 millions d'euros pour le renouvellement d'une partie de sa flotte au cours des dix prochaines années, soit quelque 70 bateaux. «C'est un contrat quasiment historique», s'est félicité auprès de l'AFP son président, Xavier de la Gorce. Jusqu'à présent, l'association renouvelait sa flotte au coup par coup en faisant appel à différents chantiers. «On passe d'une approche artisanale à une approche industrielle», a expliqué Xavier de la Gorce.

Drame SNSM: «C‘est à jamais gravé dans nos mémoires»

Le programme porte sur une première tranche ferme de l'ordre de 25 millions d'euros pour la fourniture de 35 bateaux sur cinq ans, puis sur une seconde tranche optionnelle du même montant, pour le même nombre de navires et également sur cinq ans. La nouvelle flotte sera composée de deux catégories de bateaux: les navires de sauvetage hauturiers (NSH, deux modèles) et les navires de sauvetage côtiers (NSC, quatre modèles).

Le chantier naval Couach à la manoeuvre

La SNSM assurera la maîtrise d'ouvrage de ce programme baptisé «nouvelle flotte», tandis que la maîtrise d'oeuvre pour la conception et la réalisation des navires a été confiée au chantier Naval Couach. Implanté sur le bassin d'Arcachon depuis 1897, ce chantier conçoit, produit et livre des navires de grande plaisance, ainsi que de surveillance et intervention. Il emploie plus de 200 personnes.

Le programme ne couvre cependant pas l'ensemble des besoins de renouvellement de la flotte de la SNSM. En effet, quelque 140 bateaux doivent être remplacés au cours des dix prochaines années. «La flotte est vieillissante et il est urgent de la renouveler», a assuré Xavier de la Gorce, précisant que 45% des bateaux hauturiers avaient plus de 25 ans et 15% plus de 30 ans. «Aujourd'hui, on s'engage à hauteur de nos moyens», a-t-il expliqué.


Publié le : Lundi 21 octobre 2019

​Infocapagde Le vivre ensemble dans un port...

Dans chaque port, il y a un réglement portuaire qui doit être appliqué par l'ensemble des plaisanciers.

Ce réglement n'est pas à prendre en compte comme une contrainte mais comme un outil facilitant la vie des usagers.

Certains comportements peuvent sembler d’une évidence déconcertante, il semble toutefois nécessaire de rappeler qu'on ne peut pas tout se permettre.

Comme à terre, on doit respecter les voisins.

  • Il est demandé de prendre toutes les dispositions nécessaires pour éviter les nuisances sonores directement liés au bateau de plaisance. Ainsi, par exemple, on évite de faire fonctionner une éolienne ou on pense à écarter les drisses du mât par exemple...
  • Si le bateau est climatisé, on prend les mesures nécessaires pour que les écoulements permanents ne dérangent pas les bateaux voisins
  • Si vous avez des envies de nouba toute la nuit, faites-le à terre dans un endroit approprié
  • Triez et jetez vos déchets en utilisant les containers mis à votre disposition
  • Utilisez l’eau avec parcimonie
  • Employez des produits ménagers ou d’entretien respectueux de l’environnement.

Publié le : Lundi 21 octobre 2019

​Revue Presse Sète va devenir le port d'attache du premier navire pêcheur d'eau !

ML01080919.jpg

Le navire arrivera à Sète fin octobre et sera équipé de l'usine d'embouteillage.

Midi Libre le 07/10/2019

Le Odeep One, ce navire pêcheur d'eau, va puiser de l'eau de mer dans les grandes profondeurs, la filtrer et l'embouteiller à bord pour la consommation humaine. Il arrivera à Sète fin octobre.
Après une nouvelle rotation hebdomadaire du trafic remorques, les bonnes nouvelles affluent pour le port de Sète. Ainsi, fin septembre, un partenariat a été noué entre l'EPR Port Sud de France et la société française OFW Ships. Ce contrat fait de Sète le port d'attache d'Odeep One, le premier navire de cet armateur.

Une usine d'embouteillage flottante

Ce cargo long de 196 m, un ancien Ro-Ro, est destiné à pomper, à une dizaine de kilomètres des côtes, de l'eau de mer, très pure, à 300 m de profondeur. L'eau puisée est sélectivement filtrée pour en réduire la teneur en sodium et en chlore. Puis elle est directement embouteillée en mer. Le navire reste cinq jours en mer et fait escale, dans le port de Sète donc, durant deux jours.

750 palettes dans le terminal frigo

A quai, il y aura "un déchargement moyen de 750 palettes et un stockage de deux semaines", comme le précise Olivier Carmes, le directeur du port. "La plupart des palettes déchargées, par la société SPS, seront emportées dans notre terminal frigorifique sous température dirigée, sous la gestion de la société Conexha, pour être ensuite exportées dans le monde entier."

Cette "deap sea water" pourra alors être acheminée par camion ou via la plateforme ferroviaire. "Le but ultime, c'est d'utiliser le terminal frigo et le portique pour exporter ces conteneurs de bouteilles dans le monde", se projette Olivier Carmes.

La deep sea water, appréciée au Japon

La deep sea water, l'eau des profondeurs marines, est une eau froide, puisque prélevée dans les grandes profondeurs, et qui ne présente pas la même salinité que celle des strates supérieures. Les Asiatiques, notamment les Japonais, sont très friands de sa richesse organique. En 2016, 1,8 milliard de litres en ont été produits dans le monde.

Pour l'heure les usines terrestres répercutent sur le prix de vente les énormes coûts liés au transport et à la production. En fonction des marques, les bouteilles peuvent atteindre jusqu'à 20 euros le litre. C'est cet écueil du coût que veut éviter la société française OFW Ships.

Objectif : 100 millions de litres par an

"Nos engagements dans une croissance bleue innovante ainsi que notre attachement à réduire l'impact environnemental de nos activités nous réunissent", a expliqué Régis Revilliod, le président fondateur, en 2013, de OFW Ships pour expliquer les raisons de son choix sétois.

Pour l'instant, cette société a une petite activité, et une petite usine d'embouteillage à terre du côté de Toulon. Mais là, elle passe à l'échelon supérieur en récupérant cet ancien Ro-Ro, actuellement à Gdansk. Le Odeep One doit arriver en Île singulière à la fin du mois d'octobre. Pendant un mois, il sera configuré pour accueillir l'usine d'embouteillage. En production, il accueillera une cinquantaine de membres d'équipage. L'objectif est de produire 100 millions de litres par an.

PHILIPPE MALRIC


Publié le : Mardi 08 octobre 2019

​Infocapagde Les récifs 3D au JT de France 3

Trois minutes de reportage avec images sous-marines et interview de Gilles D'Ettore, maire d' Agde, et de l'équipe de l'AMP sur l'immersion des 32 récifs artificiels 3D.

Une opération unique pilotée par Agde en collaboration avec Seaboost Artificial Reefs, XtreeE, Groupe Vicat, avec le soutien de l'Ademe (Ministère de la Transition écologique et solidaire), La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse.


Publié le : Mercredi 11 septembre 2019

​Revue Presse Agde : encore des dauphins !

ML01300819.jpg

Quelques minutes de bonheur © TERRE MARINE

Midi libre le 30/08/2019

Des chanceux ont pu les observer ce vendredi à bord du "Sea Explorer", au large du Cap-d'Agde.
En marin aguerri, Michel Franck, capitaine du Sea Explorer, un grand catamaran qui assure des promenades en mer l'été et des missions scientifiques le reste de l'année, sait visiblement où dénicher les dauphins.

Deux groupes distincts
Ce vendredi 30 août, en effet, un groupe a eu la chance de les observer quelques minutes au large du Cap-d'Agde. "Deux groupes distincts en comportement d'alimentation" selon l'association Terre Marine, qui a fait de la lutte contre pollution sonore sous-marine, qui perturbe tant les mammifères marins, son cheval de bataille.

OLIVIER RAYNAUD


Publié le : Samedi 31 août 2019

​Revue Presse Une journée en mer pour observer les dauphins

ML01210819.jpg

Midi Libre 20/08/2019

L'association Terre Marine propose une sortie sur le catamaran Sea Explorer ce dimanche 25 août.
Depuis le début de l'été, au large du Cap-d'Agde, c'est un festival ! De nombreux dauphins ont en effet pu être observés non loin de la côte, pour le plus grand bonheur des scientifiques de l'Aire marine protégée de la côte agathoise et des plaisanciers, qui n'ont pas raté une miette du spectacle.

Ateliers et animations à bord du voilier
L'association Terre Marine, qui oeuvre toute l'année pour la défense des mamifères marins, notamment en étudiant la pollution sonore sous-marine générée par les activités humaines, organise une sortie en mer dimanche 25 août, de 10 h à 17 h. A bord, en attendant de croiser les dauphins du golfe du Lion, ateliers et animations sur la mer, la voile et la biodiversité marine sont proposés.

La participation est de 55 € par personne (repas à emporter soi-même).
Infos et réservations au 06 12 75 10 06.

OLIVIER RAYNAUD


Publié le : Mercredi 21 août 2019

​CPCA Défi des sirènes 2019

CPCA01190819.jpg

Le cercle  des pêcheurs cap Agathois (C.P.C.A.) a organisé le samedi 10 août la dixième édition du défi des sirènes.

Il s’agit de bateaux composés, soit d’un équipage exclusivement féminin, ou d’un équipage mixte, d’au moins trois pêcheurs dont obligatoirement une ou deux sirènes à bord pour pêcher en « NO KILL » le thon rouge de méditerranée 

Après un petit déjeuner pris sur le quai à 7 heures 30, le départ est donné pour les 19 sirènes embarquées sur  12 bateaux, dont 3 venus de Frontignan pour la deuxième année consécutive.

Le matin, la météo n’était pas très favorable, vent assez soutenu avec une forte houle et une dérive importante. L'après-midi les conditions se sont améliorées avec une mer beaucoup plus clémente.

Après le retour au port à 17 h 30, et la consultation des vidéos et photographies à 18 heures, le constat de la journée est le suivant :

  • 3 thons remontés , photographiés et relâchés,
  • 2 thons décrochés et 4 thons cassés

Les résultats et la remise des prix ont eu lieu au restaurant « le bout du quai » à 20 heures, et le classement fut le suivant :

  • 1er : Bateau VEROSTELLE avec Nicole comme sirène
  • 2ème : Bateau LAURMAG avec Marie Laure comme sirène
  • 3ème : Bateau TILULU avec Margot comme sirène

Au cours de l’apéritif dinatoire servi avec un accompagnement musical, chacun a raconté ses exploits.

A noter que le C.P.C.A. organise le samedi 31 août le « Master cap Agathois de pêche au Gros » également en NO KILL.

Félicitations aux organisateurs pour cette excellente journée. 

Norbert SIMON
Secrétaire adjoint chargé de la communication


Publié le : Lundi 19 août 2019

​Infocapagde Idol en escale au Cap d'Agde

infocapagde_1565540143.jpg

Avec une longueur de 58,8 m c'est sans doute le plus gros yacht venu en escale au Cap d'Agde depuis sa création.

Le port est limité par ses limites de tirant d'eau et cette unité impressionnante par sa taille n'a qu'un tirant d'eau de 2,57 m, ce qui est assez faible dans sa catégorie.

Sa vitesse maximale est de 17 noeuds. Il est proposé à la location pour 280 000 €uros la semaine + frais annexes

7 cabines pour 12 invités, équipage composé de 14 personnes pavillon de complaisance : Malte.

Une recherche sur internet indique que le propriétaire serait Thomas Leclercq. La famille Leclercq a créé la société Decathlon.

infocapagde_1565540198.jpg


Publié le : Dimanche 11 août 2019

​Revue Presse La fête de la mer rassemble

ML01280719.jpg

Midi Libre 28/07/2019

C’est désormais une coutume bien ancrée au Cap-d’Agde qui alterne moments d’émotion, de recueillement et de festivités. La fête de la Mer, véritable hymne à la Méditerranée, mais surtout aux marins et hommes de mer, s'est déroulée ce dimanche. Une manifestation qui a eu pour point d’orgue, la messe du dimanche célébrée par le Père Yannick Casajus, de la paroisse d’Agde.

Un office qui a été suivi par la bénédiction des bateaux et les traditionnels dépôts de gerbes au large, en hommage aux marins disparus. Une cérémonie qui a vu la participation de nombreux plaisanciers et en particulier les familles des marins.


Publié le : Mardi 30 juillet 2019

​Infocapagde Nouveau portique au TCAC

Portique_13062019-2.jpg


Publié le : Samedi 06 juillet 2019

​Phares et balises Information nautique Urgente

Avis N° 20190340083

Avis de réalisation à titre normal de création d’un espar de marque spéciale avec marque de jour (croix de St André)
Département : HERAULT Zone :  Port de Sète et bassin de Thau
Le présent avis aux navigateurs concerne l(es) objet(s) nautique(s) suivant(s) :
N° 3400387
Nom : SETE - ABORD DE SETE - ATTENUATEUR DE HOULE 5
Position: 43°23,074' N, 3°39,061' E   WGS 84
Classement : Local
Objet surveillé: non


Publié le : Mercredi 26 juin 2019