Inforigolo
La richesse est pareille à l'eau de mer : plus on en boit, plus on a soif.
Infosondage
Etalement des paiements place de port sans frais vous êtes
Résultats  Anciens sondages
  • Votes : 194
  • Commentaire(s) : 2
Nos vidéos

Publiée le 15-04-2019

Etre informé

Recevez par mail les nouveautés du site.

Géolocalisation des navires
Faire un Don
Vous aimez le site et désirez le soutenir financièrement.
Les bateaux du Cap
Vus en croisière
Petites annonces

15 annonce(s) publiée(s)

Consulter

Photothèque
Photos du passé
Réseaux sociaux

Index du forum »»  La Taverne du port »» Joshua Slocum

Joshua Slocum#377

2Contributeur(s)
JEFF
1 Modérateur(s)
infocapagde
 icon_post
Pour Papy69 et tous nos amis du forum, un copier/coller de notre Papa :

Joshua Slocum est une légende parmi les navigateurs. C'est lui en effet qui, le premier, effectua un tour du monde en solitaire. Du 24 avril 1895 au 3 juillet 1898, il navigue à bord du Spray et traverse d'abord deux fois l'Atlantique. Il passe ensuite le légendaire cap Horn, traverse le Pacifique, l'océan Indien, et enfin, après le cap de Bonne Espérance, retraverse une dernière fois l'Atlantique. Son exemple inspirera d'innombrables aventuriers et aventurières à partir au fil des océans pour découvrir la magie et le bonheur de la navigation. Laissez-vous donc tenter









Capitaine Slocum





 icon_post
Un extrait que j'ai trouvé sur le web :

Vers minuit, la brume retombe plus dense que jamais, une vraie purée de pois. Elle se maintient ainsi pendant de nombreux jours, cependant que le vent force. La mer est très forte, mais mon navire est solide. Pourtant, dans cette brume sinistre, je me sens dériver dans la solitude, insecte perdu sur son fétu de paille au milieu des éléments. J'amarre la barre et mon bateau tient son cap et tandis qu'il poursuit sa route, je dors.
Pendant ces jours-là, un sentiment de terreur m'envahit. Ma mémoire fonctionne avec une précision étonnante. Mauvais présages, petits riens, choses grandes et petites, merveilleuses ou ordinaires, tout défile dans mon esprit en une suite magique. Des pages entières de son histoire me reviennent, oubliées depuis si longtemps qu'elles semblent appartenir à une existence antérieures. J'entends toutes les voix du passé rire, pleurer, raconter comme je les ai entendues dans bien des coins du monde.
L'isolement de ma situation s'efface quand le coup de vent est au plus fort et que je me trouve avec mille choses à faire. Avec le beau temps, revient la solitude dont je ne peux me dégager. Je donne souvent de la voix, d'abord pour lancer des ordres de manuvre, car on m'a dit qu'à ne jamais parler, j'en perdrais l'habitude. Quand le soleil passe au méridien, je lance tout haut Piquez huit ! comme on le fait sur tout navire en mer. De la cabine, je crie à l'adresse d'un barreur imaginaire : Quel cap ? et encore : Tient-il la route ? Mais l'absence de réponse me rappelle plus nettement ma situation. Ma voix sonne creux dans l'air vide et j'abandonne cette habitude. Assez vite, la pensée me revient qu'étant enfant, je chantais ; pourquoi ne pas essayer à présent, o cela ne dérangera personne ? Mon talent musical n'a jamais provoqué l'envie de quiconque, mais en plein Atlantique, pour comprendre ce que cela veut dire, il faudrait que vous m'entendiez. Vous verriez les marsouins sauter lorsque je mets ma voix au diapason des vagues et de la mer et de tout ce qu'il y a dedans. De vieilles tortues avec leurs grands yeux sortent la tête de l'eau quand je chante []. Mais dans l'ensemble, les marsouins sont beaucoup plus sensibles que les tortues ; ils sautent beaucoup plus haut. Un jour o je fredonne un de mes airs favoris, [] l'un des marsouins sautent plus haut que le beaupré. Si le Spray avait marché un peu plus vite, nous m'aurions embarqué. Les oiseaux de mer volent, timides, autour de nous.


p. 48





 icon_post
Allez un autre passage avant d'aller dans les bras de Morphée...celui de Magellan..

Je suis fou de joie à la pensée de rentrer dans le détroit de Magellan et de regagner le Pacifique par cette voie, car la côte de la Terre de Feu est plus que mauvaise. Par ici les vagues sont hautes comme des montagnes. [] Poussé par la plus petite voile que je puisse établir, le Spray fonce vers la terre comme un cheval de course et j'ai grand plaisir à le barrer de manière qu'il franchisse les crêtes sans trébucher. Plus question de quitter la barre, et j'essaie d'en tirer le meilleur.
La nuit tombe avant que le bateau n'atteigne la terre; et nous laisse continuer à tâtons dans des ténèbres noires comme poix. Avant peu, j'aperçois des brisants devant. Je vire de bord et mets cap au large. Mais pour être immédiatement alarmé par le fracas terrifiant d'autres brisants, devant moi et par l'avant sous le vent. J'en suis stupéfait, car il ne devrait pas y avoir de péril là o je crois me trouver. Je m'écarte un bon moment, puis je vire lof pour lof, mais trouvant aussi des récifs par là, je remets cap au large. C'est ainsi que je passe la nuit au milieu des dangers. Les violents grains de grêle et de neige fondue m'entaillent la peau, j'ai la figure ensanglantée, mais quelle importance ? Le jour est là et le Spray se trouve au milieu de la Milky Way, cette voie lactée de la mer située au nord-ouest du cap Horn : ce sont les crêtes blanches d'une houle énorme déferlant sur les roches noyées qui ont menacés de m'engloutir toute la nuit. Ce que j'ai vu et vers lequel j'ai fait route, c'est l'île Fury, et quel panorama m'entoure à présent ! Ce n'est pas le moment de se plaindre d'avoir des écorchures. Que faire, sinon me glisser entre les déferlantes pour y trouver mon chemin, présent qu'il fait clair ? La bateau a su échapper aux roches toute la nuit, il saura bien trouver son chemin à la lumière du jour. Ce qui vient de m'arriver est la plus grande de mes aventures de mer. Dieu seul sait comment mon bateau s'en est tiré.


 icon_post
Non, c'est trop beau...la dernière..

Si les alizés sont tardifs, quand enfin ils se manifestent, c'est avec violence pour rattraper le temps perdu ; et le Spray portant dans sa voile tantôt un ris, tantôt deux, fuit devant le temps pendant plusieurs jour un os entre les dents, droit vers les Marquises, plein ouest, qu'il atteint le quarante-troisième jour, mais sans s'y arrêter. Je suis fort occupé pendant toutes ces journées, mais pas à barrer ; aucun homme à mon avis ne saurait demeurer debout ou assis à la barre tout autour du monde. Je fais mieux que cela : je lis mes livres, répare mes vêtements ou prépare mes repas et les savoure en paix. J'ai déjà constaté qu'il n'est pas bon de rester seul, je me trouve donc des compagnons dans tout ce qui m'entoure, parfois l'univers même, et parfois mon insignifiante personne. Mais les livres sont toujours mes amis quand tout le reste manque. Rien ne peut être plus facile ou plus reposant que ce voyage dans les alizés.
Jour après jour, je navigue vent portant, marquant la position de mon bateau avec précision ; mais je le fais plus par intuition, semble-t-il que par calcul serviles. Pendant un mois entier le bateau tient son cap sans en bouger ; je n'allumerai même pas durant tout ce temps la moindre lampe d'habitacle. Chaque nuit, je vois la Croix du Sud par le travers. Chaque matin, le soleil se lève derrière moi et chaque soir, il se couche devant moi. Je ne souhaite pas d'autre compas pour me guides, car ceux-là sont sans défaut. Si je doute de mon estime après une longue période en mer, il me suffit, pour la vérifier, de lire l'immense horloge construite là-haut par le Grand Architecte, et je constate qu'elle est juste.


 icon_post
Magnifique !! très émouvant.
Merci Brescou.
Bonne nuit.
JEFF JEFFicon_post
En ce qui me concerne, je l'ai déjà lu il y a de ça pas mal d'années et je le recommande vivement.

Son tour du Monde n'a pas été de tout repos, attaques de pillards vers la Patagonie, si mes souvenirs sont bons.....et pour décourager les intrus, au mouillage, il répandait des clous sur le pont :-P :-P :-P , etc....

Mais au train o vont les choses et avec la recrudescence de la piraterie, on sera bientôt dans le même contexte....

Bref, bonne lecture !!! :-P

JEFF ;-)