Inforigolo
Sur mon bateau tout le monde apporte joie et bonne humeur, soit quand ils y montent soit quand ils le quittent.
Infosondage
Etalement des paiements place de port sans frais vous êtes
Résultats  Anciens sondages
  • Votes : 981
  • Commentaire(s) : 3
Nos vidéos

Publiée le 18-01-2020

Etre informé

Recevez par mail les nouveautés du site.

Géolocalisation des navires
Faire un Don
Vous aimez le site et désirez le soutenir financièrement.
Les bateaux du Cap
Vus en croisière
Photothèque
Photos du passé
Réseaux sociaux

Revue Presse : Cette algue brune surveillée de près par les scientifiques


ML01260621.jpg
En Andalousie, où elle prolifère, l’algue brune est un véritable fléau, pour la pêche et le tourisme.

Midi Libre le 25/06/2021

La Rugulopteryx okamurae, originaire du Pacifique, a été repérée à Agde.

Dans l’édition datée du 20 juin du Journal du Dimanche, un titre sans équivoque : "L’algue brune qui menace la Méditerranée."

Dans l’article, on apprend ainsi que la Rugulopteryx okamurae, c’est le nom de cette algue du Pacifique, aurait été aperçue pour la première fois dans l’étang de Thau, il y a quelques années. Comme s’est-elle retrouvée là ? Difficile à dire. Mais la proximité du port de Sète et ses échanges internationaux sont une piste à ne pas négliger.

Quelques individus observés à Agde, mais rien d’inquiétant
L’algue brune, donc. "On en découvre tous les jours, confirme l’écologue marin Thierry Thibaut, de l’Institut méditerranéen d’océanologie, à nos confrères du "JDD". Pour le moment, elle a été repérée dans le parc national des Calanques, à Marseille, sur la Côte bleue et à Agde."

Les scientifiques la surveillent de près. Car du détroit de Gibraltar à Malaga, dans le sud de l’Espagne, sa présence en masse est synonyme de rejets sur les plages, avec l’odeur d’œuf pourri qui va avec ! Mais pour Renaud Dupuy de la Grandrive, directeur du milieu marin en mairie d’Agde, rien de cela sur notre littoral.

"C’est vrai que cette algue a été observée localement, mais pas plus que ça. On recense quelques individus." Le biologiste explique même que "la Rugulopteryx okamurae n’est pas la première. On compte, aujourd’hui, une dizaine d’espèces "étrangères" dans nos eaux."

La nature ayant horreur du vide, ces algues se sont installées sporadiquement sur des fonds maltraités pendant de trop longues années. "C’est pour cela que nous réintroduisons des algues cystoseires, disparues du littoral agathois."

Des "boutures" installées sur des dalots, pour que les algues se reproduisent. Preuve que les fonds marins sont scrutés de près, une cartographie fine du littoral agathois a été effectuée, il y a une dizaine de jours, à l’aide d’un drone, constat d’huissier à l’appui. On ne rigole pas avec l’écologie !

O. R.


redactionredaction Publié le : Samedi 26 juin 2021