Infocapagde : Week-end bleu, l'équipe de l'Aire Marine Protégée était sur le pont !

infocapagde_1464673669.jpg

A terre avec un petit stand d'information au Village Nautique au Cap d'Agde, aux côtés du projet de restauration de Brescou et du CPIE Bassin de Thau.

En mer, à bord du Shaïga, de Terre Marine, qui oeuvre depuis plusieurs années pour faire découvrir notre environnement marin local.

Une vingtaine de participants ont ainsi pu observer les oiseaux marins de la côte, l'histoire volcanique agitée de notre littoral et entendre le travail de gestion de l'AMP par la ville d'Agde.

A noter que pendant Fête de la Nature et WE Bleu, l'AMP a donc engagé un partenariat avec tous les bateaux de promenade en mer du Grau d'Agde et du Cap d'Agde.

Une vraie plus-value pour la ville et la station car des milliers de vacanciers et d'habitants découvrent ainsi l'Aire Marine Protégée de la côte agathoise à bord de ces bateaux !

Prochain RdV cette semaine avec l'installation des mouillages écologiques de Brescou et dans 15 jours avec l'ouverture du sentier sous-marin du Cap d'Agde.

Renaud Dupuy de la Grandrive
Directeur de la Gestion du Milieu Marin Ville d'Agde, 34300 AGDE

Publié le : Mardi 31 mai 2016

CDPCA : Informations aux plaisanciers

Informations aux plaisanciers

Monsieur Hugonnet, Président de la Sodeal, a reçu au nom des plaisanciers la demande de remboursement de la fiscalité portuaire anormalement perçue en 2015 par la Sodeal.

Chaque année, est appliquée une formule de révision pour actualiser le prix de la location de la place de port.

Son prédécesseur a commis une faute grave en réclamant aux plaisanciers en supplément de la redevance une fiscalité portuaire déjà incluse, il lui faut maintenant réparer cet abus.

La Sodeal devra trouver une autre manière d'équilibrer ses comptes.

Les plaisanciers n'ont pas à combler les déficits des activités extérieures au port comme le Centre Nautique, le camping de Baldy etc...

Nous vous parlerons bientôt du manque à gagner très important que la Sodeal s'autorise dans le port.

Publié le : Samedi 28 mai 2016

Revue Presse : Le port de Sète attend le plus grand bateau de son histoire ce dimanche

ce-navire-offre-onze-ponts-differents-a-ses-passagers_1925171_667x333.jpg

Midi Libre 24/05/2016

Un événement ! Le Oosterdam, 290 m, accoste ce dimanche matin en île Singulière. Les pilotes préparent son arrivée depuis un an.

Combien tu m'as mis ? 25 nœuds de vent de sud-est et la pluie ? Tu n'y es pas allé de main morte !" Au premier étage de la station de pilotage, Noël-Nicolas Surcouf met les mains sur les manettes de propulsion. Elles sont exactement les mêmes que celles de la passerelle du Oosterdam, ce paquebot de croisière de 290 m qui accostera ce dimanche matin. Il sera alors le plus grand navire jamais accueilli dans les eaux sétoises. Le précédent “record” était de 265 m. Sous le regard de Gabriel Charpentier, le patron du pilotage, Noël-Nicolas Surcouf travaille alors, sur le simulateur, les manœuvres d'accostage de ce géant.

Le simulateur intègre tous les éléments du port. Il suffit d'ajouter les éléments météo

La station sétoise est la deuxième en France à avoir son propre simulateur (1). Il intègre toutes les caractéristiques précises du port : bouée, profondeur... Il ne suffit plus ensuite qu'à y intégrer les paramètres extérieurs pour les exercices. Orientation et puissance du vent (qui n'est pas la même partout dans le port), houle, soleil, pluie, nuit, jour, présence d'autres navires... Charge ensuite au pilote de gérer le tout pour accoster - avec les conditions réelles de motorisation et d'emprise de chaque navire - dans les meilleures conditions. Le pilotage de Sète s'appuie sur 5 000 photos et caractéristiques techniques de bateaux en tout genre. "Cela fait plus d'un an que l'on prépare l'arrivée du Oosterdam", précise Gabriel Charpentier.

Un argument de poids pour attirer les armateurs

"Les six pilotes de la station ont multiplié les exercices et ont confronté leur expérience pour déterminer les meilleures manœuvres." Pour des raisons pratiques le Oosterdam doit être amarré tribord à quai. Il le sera au quai I (2) - qui a fait l'objet de quelques modifications pour l'accueillir - non loin du terminal céréalier. Pour cela, il faudra donc faire pivoter le paquebot. Le simulateur a permis de déterminer les endroits pour le faire en fonction des conditions météo. Ce sera soit directement dans la passe, soit en approche finale.

Ces exercices ont d'autres intérêts. Ils ont permis de voir s'il fallait déplacer une balise ou draguer une zone pour faciliter le déplacement du navire. En outre, ils ont été un argument de poids pour attirer les armateurs. "En leur montrant nos exercices de simulation, ils ont compris qu'ils pouvaient venir faire une escale à Sète, un port qu'ils connaissaient peu", signale Noël-Nicolas Surcouf. De fait, de plus en plus de “croisières” font un crochet par l'Île singulière entre Marseille/Monaco et Barcelone.

"Dès l'an prochain nous serons en capacité d'accueillir les plus grands paquebots du monde"? Gabriel Charpentier, patron de la station de pilotage

"Dès l'an prochain nous serons en capacité d'accueillir les plus grands paquebots du monde", commente pour sa part Gabriel Charpentier. Un amarrage placé le long de l'épi Dellon le permettra. Les pilotes sétois y ont déjà accosté le fameux Harmony of the Seas... sur le simulateur.

PHILIPPE MALRIC

(1) Les pilotes vont aussi quatre fois par an à Nantes dans un simulateur reproduisant une vraie passerelle à l'échelle 1/1 et donc dotée d'une vue à 360°.

(2) Le quai H, futur lieu d'accueil, n'est pas encore terminé.

Publié le : Vendredi 27 mai 2016

Revue Presse : Un an de prison pour avoir volé un voilier dans le port du Cap d’Agde

1332244_349_obj8888710-1_667x333.jpg
Le prévenu, skipper, dit qu’il ignorait que le bateau avait été volé.DR

Midi Libre 15/05/2016

Le navire, retrouvé par la guardia espagnole, a pu servir à des trafics de drogue.

Un sexagénaire a été condamné à un an de prison pour le vol d'un voilier commis dans le port du Cap d'Agde en 2011. Il avait déjà effectué sa peine dans le cadre de sa détention provisoire. Ce 18 février 2011, le Blue Note prend la mer en pleine nuit. Rien d'anormal, mais le départ est tout de même saisi par le service de vidéo surveillance de la Ville d'Agde, ainsi que la venue sur l'embarcadère de cinq personnes qui sont inconnues des services du port. Il s'agit en fait d'un vol. Et le navire, qui va changer deux fois de nom en très peu de temps, va voguer désormais sous pavillon anglais pour être retrouvé six mois plus tard, par les hommes de la Guardia civil au large de l'Espagne.

Pendant six mois en prison en Espagne

Les enquêteurs espagnols pensent que ce navire peut-être impliqué dans un vaste trafic de drogue et le prévenu, skipper le jour de l'arraisonnement, va goûter durant six jours aux geôles ibériques. Pour autant, il ne sera pas inquiété, car aucune drogue ne sera trouvée à son bord. Il se bornera à expliquer aux forces de l'ordre espagnoles qu'il ne faisait que convoyer le bateau pour un tiers. Il sera finalement interpellé par la police française à l'aéroport de Roissy dans le cadre d'une autre affaire en août 2011. "Je ne suis en rien mêlé à ce vol. Je ne savais pas que ce bateau était volé", insiste le prévenu. Mais la présidente Claire Ougier n'aime pas naviguer en eau trouble.

Elle pose de nombreuses questions sur des points de détails qui vont embrouiller le navigateur, notamment sur le fait que les amarres étaient coupées et que le GPS ne fonctionnait pas. "Cela ne devait pas être commode pour naviguer sans GPS, n'est-ce pas ?" Et l'homme se perd dans des digressions. "Je dormais quand ils ont coupé les fils." ; "Et quand ils ont changé le nom du bateau cela ne vous a pas inquiété ? Sérieusement ! C'est urgent de mettre un drapeau anglais en pleine mer ?" ; "Non, ils l'ont fait en mer parce que c'est courant. Je ne savais rien de ce qui se tramait, et quand le lendemain, j'ai compris j'ai même appelé les propriétaires."

Déjà condamné à treize reprises

Ce que ces derniers nient depuis les bancs de la salle d'audience. Bref tout le monde l'aura compris, on n'apprendra pas grand-chose du vieux loup de mer qui assume tout de même 13 condamnations pour des faits de violences avec armes, des escroqueries, des détentions d'armes…Pour Jennifer Roussie, qui représente le parquet : "Je vais tenter de garder le cap dans cette affaire de vol de bateau. Il ne savait rien, mais il était bien là. Plusieurs éléments établissent qu'il a participé au vol, quoi qu'il en dise. Ce qui m'interroge, c'est qu'il ne se soit pas investi dans la visite du bateau qui était à vendre. Pour moi, il ne voulait pas être reconnu.

"S'il n'a rien à voir avec cela, je ne comprends pas qu'il ait mis ce bateau à son nom. C'est du maquillage. Il était équipé pour tromper les recherches. Il voulait dissimuler le vol. C'est un acteur de ce vol. Il est sur le bateau, partout, et nulle part à la fois, et ne voit jamais rien. Je n'y crois pas." Elle va requérir un an de prison ferme sachant que le prévenu a déjà effectué 16 mois de détention provisoire. "Il y a un faisceau d'indices qui amènent à penser qu'il y a un doute dans sa participation. Je pense qu'il n'était pas au courant du vol. Mais il est sans doute coupable du recel", assure l'avocat de la défense.

JEAN-PIERRE AMARGER

Publié le : Mercredi 18 mai 2016

Infocapagde : Conseil d'administration de la Sodeal le 17 mai 2016

SO01160516.jpg

Demain à 09 h 00, se tiendra un Conseil d'administration de la Sodeal avec à l'ordre du jour le bilan financier et le compte de résultat de l'exercice 2015.

Les plaisanciers qui adhérent massivement à la demande de remboursement de la fiscalité portuaire encaissée abusivement par la Sodeal selon le CDPCA ne manqueront pas d'examiner ce qui va être présenté à la collectivité.

Nous avons appris que le Directeur administratif et financier de la Sodeal était indisponible depuis novembre 2015.

Mr Chailloux, ancien Pdg a démissionné avant la fin de l'année 2015 et il nous a été impossible de connaître les raisons de ce désistement, l'homme étant resté très discret.

Au CLUPP et au dernier Conseil Portuaire, des questions ont été posées par les plaisanciers qui veulent savoir où est passé cet argent.

Le CDPCA a rencontré le nouveau Pdg de la Sodeal Mr Hugonnet le 12 avril 2016, sans obtenir la moindre réponse.

S'il s'avérait comme le craint le CDPCA que cet argent ait servi à compenser les erreurs de gestion de la Sodeal, ce serait alors une situation très grave qui pourrait mettre en péril l'avenir de la SEM.

A suivre...

Publié le : Lundi 16 mai 2016

Revue Presse : Sète : le phare se refait une beauté pour le public

1331304_946_obj8879876-1_667x333.jpg

Photo S. M

Midi Libre 13/05/2016

Le feu du môle Saint-Louis pourrait prochainement accueillir du public. Le service des Phares et Balises Méditerranée et l'office du tourisme de Sète ont passé une convention permettant des visites de l'édifice qui, jusque-là, n'était pas accessible à tous.

C'est ce qui explique la présence d'un échafaudage à son sommet depuis le 27 avril et pour une durée d'un mois. Les vitres en verre - dont une a été cassée par le vent - vont être remplacées par du plexiglas incassable.

Puis, la peinture de la coupole sera refaite afin de faire une beauté au phare. Un atout supplémentaire pour Sète et une visite de plus pour les nombreux touristes qu'elle accueille, mais rien ne changera pour les pêcheurs et les plaisanciers.

En effet, la lumière rouge signalera toujours l'entrée du chenal même si les vitres ne seront plus rouges mais transparentes. En revanche, les diodes, elles, resteront rouges. Question, évidemment, de sécurité.

Publié le : Vendredi 13 mai 2016

CDPCA : Opération "Remboursez-nous" le tract à diffuser

Veuillez trouver ci dessous un lien pour imprimer le tract informatif auprès de vos voisins de ponton.

A diffuser sans modération, merci de votre soutien

Lien : tract remboursez-nous

Publié le : Lundi 02 mai 2016

Infocapagde : BRESCOU, royaume des oiseaux de mer !

 

L'équipe de l'Aire Marine Protégée de la côte agathoise a procédé avec Fabien Vallès, ornithologue local bénévole très compétent, au comptage des nids et œufs de goélands leucophées dans le fort et sur la plage. Résultat : une dizaine de nids seulement pour l'instant dont la trentaine d'œufs sera prochainement stérilisée par le service environnement afin de limiter l'expansion de cette espèce devenue envahissante et prédatrice d'autres espèces patrimoniales.

Nous avons aussi pu observer des sternes caugek qui viennent se nourrir sur la côte, alors qu'elles vont bientôt nicher sur le lido de Sète. Bien d'autres oiseaux font la richesse de notre site, également classé Natura 2000 Côte languedocienne, tels le fou de Bassan, le rare cormoran huppé, la sterne naine, la mouette mélanocéphale et parfois même des petits pingouins !

Espèces dont la direction du milieu marin de la ville d'Agde va assurer localement le suivi scientifique régulier et que vous pourrez observer lors de prochaines sorties naturalistes à bord des bateaux promenades du Cap d’ Agde ou du Grau d’Agde.

Renaud Dupuy de la Grandrive
Directeur de la Gestion du Milieu Marin Ville d'Agde

Publié le : Lundi 02 mai 2016

CDPCA : Opération : "Remboursez nous"

Comme vous le savez, il est très difficile de contacter tous les plaisanciers des port agathois car nous ne disposons d'aucun listing.

Avec des moyens d'information très limités, l'opération "Remboursez nous" est déjà un succès avec plus de 200 signatures reçues en très peu de temps.

Ce résultat est obtenu essentiellement par l'utilisation d'internet.

Chaque signataire est devenu maintenant un ambassadeur de la démarche pour aller chercher d'autres signataires.

Radio-ponton doit maintenant jouer son rôle.

Nous comptons donc sur votre implication pour faire monter le compteur de ceux qui refusent de payer ce qui n'est pas dû.

Lien vers la demande de remboursement

Publié le : Samedi 30 avril 2016

Infocapagde : Remboursement fiscalité portuaire 2015

PHR01260416.jpg

En début d'année 2016, les plaisanciers qui étaient présents à la réunion du CLUPP ont constaté que les autorités portuaires en présence de Monsieur le maire d'Agde n'ont pas été en mesure d'apporter des éléments de réponse concernant le supplément perçu pour cause de fiscalité portuaire sur les contrats de location 2015 de place de port.

A noter que le port du Cap d'Agde est un des rares ports à avoir encaissé de l'argent auprès des plaisanciers sans production d'un quelconque justificatif.

On peut féliciter l'excellent travail de l'association CDPCA, qui bien que régulièrement entravée dans toutes ses initiatives, a réussi à faire la lumière sur ce dossier qui manque totalement de transparence.

Les services fiscaux, contacté par le CDPCA ont indiqué, document à l'appui, que la Sodeal n'a rien payé de plus pour l'exercice 2015.

Ce supplément perçu en 2015 représente approximativement 300 000 €uros et quand on sait que le conseil d'administration de la Sodeal a affiché un équilibre budgétaire pour l'exercice 2015, on peut s'interroger sur ce qu'est devenu réellement tout cet argent.

Logiquement, le CDPCA invite tous les plaisanciers qui sont concernés, à signer en ligne sur internet une demande de remboursement pour l'exercice 2015.

Lien vers la demande de remboursement

Publié le : Mardi 26 avril 2016

Infocapagde : Mouillages écologiques saison 2016

infocapagde_1461483972.jpg

Le 1er secteur équipé pour 2016

C'est parti pour l'équipement du site de plongée des Tables et ses 8 dispositifs écologiques ! L'équipe de l'Aire Marine Protégée (Ville d'Agde), la Sodéal et l'entreprise Neptune Environnement ont récemment procédé à leur mise en place.

Comme chaque saison, les clubs de plongée associatifs et professionnels peuvent donc s'amarrer sans jeter l'ancre et abîmer les belles gorgones de ce spot réputé.

Le 2ème secteur de Brescou et ses mouillages écologiques sera aménagé à la fin du mois de mai. Rappelons que ce dispositif, de nature écotouristique, et gratuit, est le plus important de toute notre région !

Renaud Dupuy de la Grandrive
Directeur de la Gestion du Milieu Marin Ville d'Agde

Publié le : Dimanche 24 avril 2016

CDPCA : Fiscalité du port

Réunion d'informations aux plaisanciers

FISCALITE PORTUAIRE

Vendredi 22 Avril 2016

de 15 h 00 à 18 h 00

Palais des congrès

CAP D'AGDE

En 2015 la Sodeal nous facturait une surprenante fiscalité portuaire en supplément de la redevance pour la place de port sans production du moindre justificatif.

Pour information, la taxe foncière a toujours été incluse dans le coût de le prix de la location annuelle de place de port.

Une formule de révision de prix nous est appliquée chaque année depuis toujours.

Au dernier CLUPP, Monsieur le Maire a été dans l'incapacité de répondre aux diverses questions des plaisanciers qui souhaitaient comprendre les raisons de cette forte augmentation du prix de la place de port.

En 2016, la Sodeal a reconduit ce prélèvement supplémentaire sans aucune explication de son Pdg.

La Présidente du CDPCA vous communiquera en séance tous les élèments recueillis auprès de la Sodeal et de l'UNAN.

Il vous sera aussi proposé un plan d'action que vous adopterez ou non pour défendre vos intérêts.

Cette réunion s'adresse à tous les plaisanciers qui sont titulaires d'un contrat de location de place de ports au Cap d'agde.

Venez nombreux, vous êtes tous concernés.

Publié le : Mardi 05 avril 2016

CDPCA : Communiqué réunion avec la Sodeal 12/04/2016

Une délégation du CDPCA a été reçue à sa demande, le mardi 12 avril 2016 par le Président Directeur Général de la Sodeal.

L'objet principal de cette rencontre était d'obtenir des éléments de réponse concrets sur la fiscalité portuaire qui nous est appliquée en sus du tarif depuis 2015.

Rappelons que depuis toujours, la fiscalité portuaire est incluse dans la redevance de la place de port comme dans tous les ports français.

Une formule de révision du prix, prévue par le législateur dans le cadre d'un service public, est appliquée chaque année pour prendre en compte les évolutions des charges que supportent le gestionnaire du port.

En 2015, la Sodeal a réclamé une provision aux plaisanciers et s'était engagée à produire des éléments explicatifs que nous attendons toujours.

En 2016, au dernier CLUPP, les nombreuses interrogations des plaisanciers sont restées sans réponse.

Nous attendions donc de cette rencontre avec Mr Hugonnet des réponses précises mais aucun document explicatif ne nous a été communiqué.

La Directrice Financière qui assistait à l'entretien devrait cependant nous transmettre prochainement :

  • La feuille de calcul transmise aux impôts

  • Le questionnaire transmis aux services de l'état

  • Le budget du port

Depuis des années le CDPCA réclame la transparence des comptes de la gestion de nos ports, allons-nous enfin dans cette direction ?

Publié le : Jeudi 14 avril 2016

Infocapagde : France Bleu Hérault en reportage à Brescou

phr_1460535627.jpg

Bien organisé par Laurence Richard de l’Office de Tourisme du Cap d’Agde et transporté par bateau grâce à la Sodéal, c’est un accueil multipartite qui attendait Philippe Montay de France Bleu Hérault pour un reportage radio sur Brescou.

L’occasion pour deux services de la ville d’Agde, la Mission Patrimoine et la Direction du Milieu Marin représentés par Arnaud Sanguy et Renaud Dupuy de la Grandrive, de témoigner des richesses historiques et naturelles de l’île, du fort et de ses alentours labellisés Aire Marine Protégée. Cela en complément de Laurence qui replaçait ce site unique dans son contexte touristique et des Amis du Fort de Brescou (MM Guggisberg et Sagnes) qui ont évoqué bien sûr la souscription lancée par la ville et l’association via la Fondation du patrimoine pour le restaurer et le valoriser.

A écouter très prochainement sur France Bleu Hérault

Renaud Dupuy de la Grandrive

Publié le : Mercredi 13 avril 2016

Revue Presse : Balade le long de l’Hérault, vers le Grau-d’Agde

1309645_677_obj8709065-1_667x333.jpg

Partez vers un quartier de la cité d’Agde au riche passé
Ici viennent mourir les derniers contreforts basaltiques du Massif central

Midi Libre 02/04/2016

Un circuit paisible, à pied ou vélo, sur les berges du fleuve Hérault jusqu'à la Tamarissière. 7,5 km, 2 h 30.

Du parking de l'office de tourisme d'Agde, partez en direction de la mer en empruntant la voie piétonne et cyclable longeant le fleuve Hérault. Gagnez le quai Alexandre-Dreuille, dépassez la place de la Marine. En passant sous le pont de la D612, remarquez la chapelle Dauret, à gauche. Ici, vous pouvez envisager un crochet à gauche vers la chapelle Notre-Dame de l'Agenouillade, vénérée par les Agathois.

Revenez sur votre chemin. Le long de l'Hérault qui achève ici sa course de 147 km, tout un paysage maritime s'offre à vous, bateaux de pêche, atelier de réparation de navires, criée à certaines heures, sans oublier les oiseaux de mer jouant au-dessus de vos têtes. Appréciez le charme du Grau-d'Agde, ce quartier d'Agde, un des trois lieux-dits de la commune avec le Cap-d'Agde et la Tamarissière. Pour l'heure, vous approchez de l'embouchure et arrivez devant les phares. Faites un tour côté gauche sur la jetée récemment rénovée. Et maintenant, en route vers l'autre rive ! Il vous faut emprunter le bac du passeur (10 h-12 h et 14 h-16 h, 1,50 €).

1309932_605_presse-papier01.jpg

De l'autre côté, la célèbre Tamarissière, un espace boisé, entre plage et forêt adossé à une pinède bicentenaire. Le village doit son nom aux tamaris implantés ici fin XVIIe siècle pour lutter contre l'ensablement de l'embouchure. Patrimoine naturel classé, la Tamarissière accueille des campeurs en été. En dehors de cette période, c'est un lieu de promenade sous les grands pins, entre la plage, les roselières du Clôt et, un peu plus à l'intérieur des terres, l'espace naturel protégé des Verdisses.

Un endroit sauvage, refuge des écureuils ou du gibier d'eau. Faites un tour sur la plage : par beau temps, vous devinerez dans le lointain les montagnes des Pyrénées. Revenez à présent le long du fleuve mais cette fois sur sa rive gauche, en direction de la ville. Quelques plaisanciers nettoient leur bateau. Bientôt, apparaît dans le lointain la silhouette quasi noire de la cathédrale Saint-Etienne. Du XIIe siècle, elle a été construite avec le basalte extrait des carrières toutes proches. En fin de parcours, un pont vous ramène vers Agde et votre parking.

ROMAIN DELYS

Publié le : Dimanche 03 avril 2016

Infocapagde : L'hermione au salon nautique 2016

PHR01010416.jpg

La convention liant la Sodeal et l'APN qui devait être signée à la Sodeal le 31 mars 2016 a été reportée à une date ultérieure et un accord de principe est cependant intervenu à la Mairie d'Agde en présence de Mr le Maire.

En effet, la municipalité, très impliquée dans cet événementiel à notoriété internationale, est parvenue à faire venir la frégate l'Hermione pour la durée du salon au Cap d'Agde.

La ministre de l'écologie, très attachée aux traditions maritimes qui est venue à Sète pour la manifestation Escale à Sète aurait facilité la venue de la frégate au Cap d'Agde.

Pour des raisons techniques la frégate séjournera dans l'avant-port et sera un pôle d'attraction qui devrait marquée le 17 ème salon nautique.

Voilà enfin, un événementiel à la hauteur des ambitions de la station, félicitations.

Publié le : Vendredi 01 avril 2016

Infocapagde : Photos frégate russe devant côtes agathoises


Merci à notre ami Renaud pour l'envoi de ces très belles images matinales de cette belle frégate russe Shtandart du 18ème siècle qui a croisé nos côtes agathoises...

Publié le : Mardi 22 mars 2016

Revue Presse : Escale à Sète : des voiliers historiques sur la Route des agrumes

1303274_391_obj8671719-1_667x333.jpg

Dernier regard sur le port de Barcelone à bord du “Santa Maria Manuela”
un des derniers vestiges de l’histoire morutière portugaise.Ph. M

Midi Libre 21/03/2016

Les superbes voiliers se sont élancés, dimanche, du port de Barcelone. Rendez-vous ce mardi à l'Île singulière.

La dernière haussière a rejoint le pont du Santa Maria Manuela. Avec précaution, ce quatre-mâts goélette, l'un des derniers vestiges de l'histoire morutière portugaise, s'écarte, dimanche après-midi, des quais du port de Barcelone, où il a accosté en fin de semaine dernière. Ce superbe voilier, construit en 1937 pour aller braver l'Atlantique nord et ses bancs de morue, rejoint à un train de sénateur les autres membres de la flotte de la Route des agrumes, qui effectuent des ronds dans l'eau au large. Dans quelques instants, ce sera le top départ.

Une histoire d'amitié

Pour autant ce n'est pas une régate mais une course à laquelle participe la dizaine de navires historiques, comme le Marité, dernier morutier français. "C'est une traversée historique, glisse Wolfgang Idiri, le directeur d'Escale à Sète. On a pris le prétexte des 350 ans du port de Sète, cette année, pour mettre en place ce parcours." Un parcours en droite ligne sur les chemins suivis à l'époque par les balancelles, ces voiliers qui amenaient en Île singulière les agrumes espagnols ou de l'Afrique du nord. Partenaire historique du festival sétois, le Musée maritime de Barcelone a sauté à pieds joints dans l'aventure de cette traversée. "Ils n'ont rien à nous envier en termes de préservation et d'animation de leur patrimoine. Et quand nous, petite association, nous leur avons proposé de faire, cette année, un “premier” festival maritime chez eux, ils n'ont pas réfléchi à deux fois, s'enthousiasme le directeur sétois. Ainsi, les navires invités pour le festival sétois ont été conviés à effectuer un crochet par la capitale catalane pour un premier échauffement. "Beaucoup ont joué le jeu", se félicite Wolfgang Idiri.

Si, théoriquement, le rapprochement des deux entités associatives et portuaires permet, lors des prochaines éditions, de mutualiser l'accueil des navires, cette aventure est le fruit d'une "formidable histoire d'amitié" entre “Escale” et le Musée maritime. Qui fournit beaucoup de ses navires pour le festival. Dont le Santa Eulalià, qui correspond historiquement aux balancelles de l'époque. Mais ce bateau-musée a dû déclarer forfait au dernier moment pour cause de travaux. Il n'empêche, l'équipage fait le voyage spécialement vers Sète pour montrer ses liens d'amitiés avec les bénévoles sur place. D'autres éléments font aussi le parcours : des agrumes.

Des paniers d'oranges remis à chaque commandant

Particulièrement sensibles à l'initiative sétoise, les autorités locales ont très officiellement remis de grands paniers d'oranges à chacun des commandants des navires effectuant la traversée longue d'une quarantaine d'heures. Ces paniers seront tout aussi officiellement remis ce jeudi à Sète par ces commandants aux autorités locales, lors de la journée réservée aux Catalans. Les premiers navires de la Route des agrumes sont annoncés ce mardi aux alentours de 7 h au large de l'Île singulière. La parade d'entrée, toutes voiles dehors, est immanquable.

PHILIPPE MALRIC

Publié le : Lundi 21 mars 2016

Revue Presse : La réplique du bateau de Magellan inaugure Escale à Sète

1303136_189_obj8668481-1_667x333.jpg

La caraque, à la coque arrondie et reconnaissable grâce à ses deux hauts châteaux
est amarrée sur le quai d’Alger depuis samedi D.R

Midi Libre 20/03/2016

La Nao Victoria est le premier bateau à avoir effectué un tour du monde. C'était entre... 1519 et 1522 !

La Nao Victoria propose un voyage dans le temps. Arrivé samedi avec un jour d'avance, devançant ainsi le “gros” de la flotte d'Escale à Sète, le bateau est la réplique du premier navire à avoir fait le tour du monde. C'était en août 1519, sous le commandement du célèbre explorateur Ferdinand Magellan. Une flotte de cinq navires espagnols et 240 hommes partaient alors découvrir la route occidentale des îles aux épices.

En septembre 1522, après des années de périple autour du globe, seuls 18 hommes étaient revenus à bord de la Victoria. Les visiteurs pourront monter à bord de ce vaisseau à la coque arrondie et reconnaissable grâce à ses deux hauts châteaux avant et arrière, bavarder avec l'équipage et découvrir l'exposition accessible à tous.

# Visite sans interruption de 10 h à 18 h. Prix : 3,40 €. 2,30 pour les enfants de, 5 à 12 ans, gratuit pour les moins de 5 ans.

Publié le : Dimanche 20 mars 2016

Revue Presse : Une souscription populaire ouverte pour sauver Fort Brescou

1297787_808_obj8631215-1_667x333.jpg

Le fort, qui appartient à la Ville, a besoin de 6,2 M€ pour des travaux d’urgence © D.R

Midi Libre 11/02/2016

Une souscription populaire est désormais ouverte. Particuliers et entrepreneurs sont invités à participer.

La campagne de souscription populaire pour la sauvegarde du fort Brescou avait été annoncée, elle est désormais lancée. En clair, particuliers et entrepreneurs peuvent désormais, via la Fondation du patrimoine, financer la restauration du fort et bénéficier, en contrepartie, d'une réduction d'impôt.

Il faudra trouver 6,2 M€

Ce mardi 8 mars, les acteurs de l'opération se sont réunis au centre nautique du Cap-d'Agde pour officialiser et mettre en lumière la souscription à laquelle chacun est chaleureusement invité à participer... Car il faudra récolter pas moins de 6,2 millions d'euros pour assurer les travaux d'urgence nécessaires à la consolidation du site propriété de la Ville à sa mise en conformité et sécurité dans le but d'une réouverture au public. "Et plus on attend, plus ça se dégrade, plus il y aura des frais supplémentaires", souligne Jean-Louis Guggisberg, le président des Amis du fort Brescou.

Alain Brès : "On aimerait bien savoir qui paie l'ISF sur la commune"

Érigé en 1586, inscrit à l'inventaire des Monuments historiques, Brescou, c'est "la carte postale" d'Agde, a fait remarquer le maire Gilles D'Ettore. Ce dernier entend d'ailleurs solliciter les touristes pour pérenniser cet édifice incontournable du patrimoine local. "Ce dossier est d'une importance capitale pour le rayonnement de la commune", a-t-il ajouté.

Des demandes de subventions ont également été formulées auprès de la Région et du Département. Mais en attendant, ce sont bien les administrés qui sont incités à se montrer généreux. "D'ailleurs, on aimerait bien savoir qui paie l'ISF sur la commune", plaisantait à moitié Alain Brès, le directeur régional de la Fondation du patrimoine. Ceux qui honorent cet impôt bénéficient, en effet, d'une déduction fiscale encore plus avantageuse.

MÉLISSA ALCOLÉA

Le don donne droit à une réduction d’impôt.
Pour les particuliers, le don donne droit à une réduction de l’impôt sur le revenu à hauteur de 66 % de son montant. Un don de 100 € représente donc 66 € d’économie. Pour ceux qui paient l’impôt de solidarité sur la fortune, c’est 75 % du montant du don qui est déduit. Et pour les entreprises, c’est 60 % de défiscalisation.
Dons en ligne ou par courrier via les bulletins de souscription disponibles en mairie.
Contact : 04 67 92 58 65

Publié le : Samedi 12 mars 2016