website logo

La SNSM a effectué 43 sauvetages depuis le début de l’année

mercredi 06 octobre 2021

Sujet : Midi Libre

ML01041021.jpg

Midi Libre 04/10/2021

Le 15 septembre dernier, dans une mer déchaînée, plusieurs baigneurs trouvaient la mort sur le littoral languedocien, dont un à Agde. Ce jour-là, l’équipage de la SNSM, appelé en soutien dans l’après-midi, a connu une belle frayeur : une vague plus traître que les autres a, en effet, couché le bateau, qui n’a heureusement subi que des avaries mineures. Une piqûre de rappel (et une belle frayeur) pour l’équipage de la station agathoise, qui s’en est bien tiré, mais aussi pour les baigneurs imprudents, qui prennent et font prendre des risques aux sauveteurs. "Un incident que l’on a bien sûr débriefé", explique Michel Mathieu-Daudé, président de la station locale de la SNSM.

Vingt-deux bénévoles engagés tout au long de l’année "Heureusement, nous étions très bien équipés." Cette délicate intervention est le point culminant d’une saison estivale "plutôt dans la moyenne". Depuis le début de l’année, sur les soixante-douze sorties enregistrées (les entraînements et les participations à certains événements sont comptabilisés, NDLR), quarante-trois sont le fait de sauvetages en mer. "En gros, nous sommes sur les bases de l’année dernière", poursuit Michel Mathieu-Daudé. Pas de drame à ce stade, contrairement à l’an passé, avec la disparition de deux marins au mois de novembre dans le naufrage du Romain-Luca, mais de nombreux remorquages suite à des pannes moteur. La routine quoi, pour un équipage qui compte aujourd’hui vingt-deux personnes, dont dix-huit opérationnelles en mer.

Avec la fin de la saison touristique et la baisse drastique de plaisanciers au large du Cap-d’Agde, l’activité de la SNSM sur l’eau va bien évidemment se réduire de manière notable. Une période propice à la préparation, aux entraînements, à la maintenance de la vedette, qui est une priorité. "Tout ce qui est mécanique coûte évidemment très cher, assure le président. C’est l’une des raisons pour laquelle nous faisons appel aux dons." Et oui, pour ceux qui ne le sauraient pas encore, le fonctionnement de la Société nationale de sauvetage en mer est adossé aux dons qui lui sont versés. Et si tous les plaisanciers ne donnaient ne serait-ce que dix euros par an, les hommes en orange n’auraient pas à faire appel à la solidarité pour exercer leur fonction.

En attendant, l’équipage de la station d’Agde sera présent sur le Salon nautique, du 28 octobre au 1er novembre.

Olivier RAYNAUD




Cet article provient de Infocapagde
L'url pour cet article est : https://infocapagde.com/article.php?sid=4718