Inforigolo
Sur mon bateau tout le monde apporte joie et bonne humeur, soit quand ils y montent soit quand ils le quittent.
Infosondage
Etalement des paiements place de port sans frais vous êtes
Résultats  Anciens sondages
  • Votes : 981
  • Commentaire(s) : 3
Nos vidéos

Publiée le 18-01-2020

Etre informé

Recevez par mail les nouveautés du site.

Géolocalisation des navires
Faire un Don
Vous aimez le site et désirez le soutenir financièrement.
Les bateaux du Cap
Vus en croisière
Photothèque
Photos du passé
Réseaux sociaux

Revue Presse : L'Amadeus, un deux-mâts de 111 ans chargé d'histoires


ML02280721.jpg
L'Amadeus, toutes voiles dehors, dans les années 1990. DR

Midi LIbre 28/07/2021

Ce magnifique vieux gréement va partir pour deux mois en mission de dépollution le long du littoral méditerranéen français, sous l'égide de l'association Wings of the Ocean.

Ce kech aurique (34 m de long, 6,52 m de large, 10 voiles totalisant 680 m2, 200 tonnes, coque en fer) transformé en brick a été construit au chantier Kalkman de Capelle aan den Ljssel, aux Pays-Bas. Il a été mis à l’eau le 17 juillet 1910 sous le nom d’Agatha.

En 1916, il navigue sous le nom de Jacoba. Jusqu’en 1935, c’est un navire de pêche à la morue, rebaptisé Floris jusqu’en 1943, lorsqu’il est réquisitionné par les Allemands. Récupéré par son propriétaire en 1945, il reprend ses activités de morutier en mer Baltique et à Terre-Neuve. Désarmé en 1969, il est inscrit en plaisance sous le nom de Zonnevis et navigue en mer Baltique et en Scandinavie.

Plusieurs noms En 1979, il arrive en Méditerranée où il est saisi par les douanes pour avoir transporté des produits stupéfiants. Vendu aux enchères à Ibiza, il est alors racheté par une association marseillaise d’amoureux de la musique classique, qui lui donne un nouveau nom, en hommage bien sûr à Mozart : l’Amadeus. Pendant dix ans, il sillonne la Méditerranée pour la promotion de concerts. En 1989, Jean-Christophe Causse le découvre. Il est à vendre. Et il est depuis la propriété de l’association méditerranéenne des vieux gréements.

Après un long séjour à Port-Camargue, puis dans le port de pêche du Grau-du-Roi, il est arrivé à Sète voici une douzaine d'années. Après avoir occupé un emplacement sur les quais Vauban, d'Orient et Paul-Riquet, il est amarré depuis deux ans à la halte nautique du quai du Pavois-d'Or.

Marc Caillaud


redactionredaction Publié le : Mercredi 28 juillet 2021