website logo

Etang de Thau : "Mille tonnes de coquillages sains ont été mises à l’abri"

jeudi 09 novembre 2017

Sujet : Midi Libre

ML01081117.JPG

Ortin : “Les producteurs, prévenus avant que le taux de toxine ne dépasse les seuils autorisés, ont mis du coquillage à l’abri.»
M. B

Midi Libre 08/11/2017

La récolte et la commercialisation des produits prélevés avant le 30 octobre sont suspendues du fait d'un taux élevé de toxine PSP. Mais le suivi de la lagune avait permis de constituer des stocks. Explications de Philippe Ortin.

Des mesures restrictives provisoires concernant les huîtres, les moules et les palourdes de l'étang de Thau récoltées après le 30 octobre viennent d'être prises. En cause, l'élévation du taux de toxine PSP (aussi appelée alexandrium) dans l'eau, puis dans la chair des coquillages. Le point avec Philippe Ortin, président des comités régional et national conchylicoles...

Qu'est-ce la toxine PSP, ou “alexandrium” ?

C'est un phytoplancton toxique qui apparaît le plus souvent, dans un premier temps, à la crique de l'Angle. Longtemps, nous avons pensé qu'il avait pour origine les eaux des lagunages qui, dans ce secteur, une fois épurées, rejoignaient la lagune. Comme elles sont plus riches en phosphates et nitrates, les algues, bien sûr, s'en nourrissent. Mais, depuis quelques années, tous ces lagunages sont reliés à la station d'épuration de Sète. Il n'y a donc plus de rejets. D'ailleurs, après une crise liée aux PSP en 2004, nous avions été tranquilles durant 10 ans. Mais depuis 2014, cela revient, toujours entre octobre et novembre.

Mais vous saviez que cette toxine menaçait...

Oui, voilà environ un mois, nous avons vu les taux monter dans la crique de l'Angle. Puis, du fait du fort mistral, ça s'est répandu dans l'étang.

Les premiers tests “souris” ont été réalisés il y a plus de trois semaines. Et n'ont rien révélé de spécial. Il y a 15 jours, via les mêmes tests, nous avons vu les taux de PSP croître jusqu'à 400 microgrammes par kilo de chair (le seuil à ne pas dépasser étant 800). Là, j'ai envoyé un message à tous les producteurs en leur conseillant de mettre du coquillage à l'abri. Du 26 au 29 octobre, nous avons ainsi eu le temps de constituer des stocks.

Quels volumes de coquillages ont été mis à l'abri de la toxine ?

Chaque producteur est aujourd'hui en capacité de stocker, en bassins, entre deux et quatre tonnes de produit. Multiplié par un peu plus de 400 exploitations, cela fait environ 1 000 tonnes de coquillage commercialisable.

Est-ce à dire qu'il n'y aura pas d'interruption dans l'approvisionnement des détaillants en coquillages de Thau ?

A priori non. Avec ces quantités-là, nous pouvons tenir un mois. Et tous les coquillages de Thau que vous trouverez sur les étals actuellement, comme dans les semaines à venir, sont sains.

PA. C




Cet article provient de Infocapagde
L'url pour cet article est : http://infocapagde.com/article.php?sid=4477