website logo

Base Tabarly à Sète : c’est bientôt fini

lundi 23 octobre 2017

Sujet : Midi Libre

ML01231017.JPGCela fait plus de dix ans que le bâtiment tombe en ruines. Il laissera place à un pôle nautique associatif
V. ANDORRA

Midi Libre 23/10/2017

La démolition du bâtiment du bout du Môle est programmée pour le début de l‘année prochaine.

La verrue va enfin sauter. L'EPR Port Sud-de-France vient de confirmer ce que nous avions annoncé en juin dernier : située au bout du Môle, la base Tabarly sera démolie au début de l'année prochaine, pour laisser place à une base nautique flambant neuve. Épilogue à retardement, mais inéluctable, d'une aventure maritime qui a démarré voici plus de trente ans, avant de sombrer dans la déshérence et l'oubli.

Construite pour l'America's cup 1987
C'était en 1985, sous le premier mandat d'Yves Marchand, élu maire deux ans plus tôt sous l'étiquette CDS-UDF. Le port est alors géré par la chambre de commerce et d'industrie (la Région via l'EPR a pris la suite en 2007). La 26e édition de l'America's Cup, mythique compétition internationale créée en 1851, se profile à l'horizon 1987. Marc Pajot, entre autres, va y participer à la barre de French Kiss (il atteindra les demi-finales des éliminatoires).

Les décideurs locaux se jettent à l'eau. En 1985 démarre la construction de ce bâtiment destiné à servir de site d'entraînement (développement des voiliers, mises à l'eau, tests...). Une vocation qui perdurera jusqu'en 2003, après le passage de l'équipe suisse pour le défi Alinghi.

Par la suite, la base Tabarly - baptisée ainsi suite à la disparition en mer du légendaire navigateur, le 13 juin 1998 - servira régulièrement pour des régates et autres compétitions, des escales de croisière et des animations organisées par la Ville.

Interdite au public depuis 2006
Mais son déclin est déjà amorcé. Le bâtiment périclite. Son état s'altère considérablement au fil des ans. Au point qu'en 2006, pour des raisons de sécurité, on décrète sa désaffectation. Et son interdiction pure et simple à toute fréquentation publique.

Des structures modulaires sont implantées à proximité pour héberger la station SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) et diverses associations liées au nautisme. Mais, pour le bâtiment principal, commence un lent déclin, qui lui confère, dixit l'EPR, “une image peu valorisante”. Y compris, de facto, pour le port et la ville.

En 2013, le port lance une étude visant à lui redonner une nouvelle vie. Mais son état est trop dégradé. Sur le plan réglementaire, pas de déconstruction possible sans reconstruction immédiate. Car la base a été édifiée sur le Môle, édifice fondateur du port et de la ville, en 1666. Il fallait donc avant tout plancher sur un autre projet. Et dégager le financement inhérent. étant donné les lourds investissements consentis par la Région et l'EPR pour redynamiser le port sur le plan économique, l'éradication de la base Tabarly ne fut pas la première priorité.

1,5 M€ pour la démolition et la reconstruction
Il aura donc fallu attendre cette fin d'année 2017 pour que l'EPR passe à l'action. L'opération est intégrée dans un plan de restructuration globale du port de plaisance attenant, de l'autre côté du Môle, avec la rénovation du plan d'eau, la fourniture d'une nouvelle capitainerie flottante et la réfection des sanitaires. Une enveloppe d'1,5 M€ est allouée à la démolition et la reconstruction de la base actuelle, qui va faire l'objet, dans les prochains jours, d'un arrêté municipal de mise en péril imminent. Les premiers coups de masse seront donnés “d'ici début 2018”, avant Escale à Sète (27 mars-2 avril), donc. à la place sera implanté “un pôle associatif autour d'activités nautiques”, regroupant notamment les associations déjà présentes (lire ci-dessous).

Le futur bâtiment “comprendra majoritairement des espaces tertiaires (accueil, salles de réunion, bureaux) et des zones techniques (ateliers, garage, stockage...) pour un total d'environ 700 m2 utiles, et sera complété par des espaces extérieurs de détente (terrasses)”. Il sera également aux normes définies par la Fédération française de voile pour accueillir des manifestations nautiques.

Étant donné son implantation, la nouvelle base devra être intégrée harmonieusement à son environnement et à ce Môle historique. En septembre dernier, le cabinet d'architecture montpelliérain NBJ a été missionné dans ce but. Une première esquisse vient d'être rendue. Livraison annoncée pour la mi-2019.

MARC CAILLAUD




Cet article provient de Infocapagde
L'url pour cet article est : http://infocapagde.com/article.php?sid=4451